Le film de Sofia Coppola est dangereux. Il devrait être précédé d’une annonce de prévention pour la santé publique “Attention ce film peut être à l’origine d’une prise de poids dangereuse pour la santé.” Pourquoi? Parce que visiblement Marie-Antoinette adorait manger des sucreries et des pâtisseries. Du coup, tout le long du film on a envie aussi de douceurs et c’est ainsi qu’on se retrouve à écrire son blog en mangeant une énorme glace caramel-chantilly. C’est une horreur, on en met partout sur le clavier, tel Alceste dans Le Petit Nicolas…
Plus sérieusement, c’était donc aujourd’hui la présentation du film probablement le plus attendu du festival. D’ailleurs ce matin, les gens dans la rue qui cherchaient des invitations commençaient 150 mètres plus tôt que d’habitude.
Evidemment, depuis que le temps que l’on nous parle du tournage top secret de Sofia Coppola à Versailles et de Marie-Antoinette nouvelle icône super tendance de la mode, on voulait voir. De son côté, Thierry Frémaux, directeur du festival, disait assez justement “C’est une femme branchée du XXIe siècle qui fait le portrait d’une femme branchée du XVIIIe siècle.” Même si on manquait un peu d’électricité à l’époque, l’Autrichienne, nul doute, savait faire parler d’elle et provoquer des vagues. Et, Evelyne Lever, sa biographe officielle n’hésite pas à la comparer à Lady Diana.
Entre le personnage fantasque, sa réputation, et le style assez rock’n roll de Sofia Coppola, forcément il y avait de quoi s’attendre à un mélange détonnant.

 

Alors me direz-vous? Qu’en est-il? Vous avez peut être entendu dire que le film a été sifflé ce matin? Bon oui, un peu. Mais ce n’était pas non plus une avalanche de tomates pourries et un rejet de la population. C’était une déception polie de la part d’une partie du public.
Car n’ayons pas peur des mots, comme X Men III peut être un film de garçons, et bien Marie-Antoinette est un film de filles. Mais alors un vrai. Les hommes sont voués à s’y ennuyer aussi mortellement que lors d’une séance de shopping du samedi après-midi qui n’en finirait pas…
En effet, Sofia Coppola a tout simplement eu la merveilleuse chance de jouer à la poupée de manière magistrale. Et elle en a bien profité…
Les décors, les costumes, les comédiens sont magnifiques. Tout est beau mais franchement il ne se passe pas grand-chose. On ne peut pas dire non plus qu’il y ait une véritable prise de position ou ni même un regard sur la personnalité complexe de la Reine de France. Pourtant, Sofia Coppola avait lu l’excellente biographie très analytique de Stephen Zweig (que je vous recommande absolument)
Seulement voilà, la pauvre petite fille riche sait laissée émouvoir par l’ennui d’une autre pauvre petite fille riche enfermée dans son magnifique château.

Pourquoi est-ce un film de filles? Parce que si vous faites abstraction de la vacuité de l’histoire, et bien vous passez un moment délicieux. Les costumes de Milena Canonera (qui avait déjà travaillé entre autres sur Barry Lindon) sont une caresse pour les yeux et l’âme. Les couleurs sont superbes et ne sont pas sans rappeler les nombreux macarons Ladurée qui parsèment le film.

Le hameau de la Reine avec sa petite ferme est un délice dans lequel on rêverait d’aller s’amuser. Les intérieurs de Versailles ressemblent à n’importe quel rêve de petite fille… en mieux. Les milliards de pâtisseries sont à tomber d’envie. C’est beau, c’est coloré, c’est romantique. Bref, Marie-Antoinette est la vie rêvée d’une Princesse.

Et puis, Sofia Coppola a eu la bonne idée de filmer cette vie Jet-setteuse du XVIIIe siècle en y incorporant des véritables jet-setteurs parisiens. C’est ainsi que l’on a l’impression de feuilleter Gala ou Paris Match et que l’on découvre, par exemple, Victoire de Castellane, créatrice de la joaillerie Dior qui visiblement a beaucoup aimé faire partie de cette cour versaillaise.

Alors faut-il aller voir Marie-Antoinette? Oui, pourquoi pas? Entre copines avant d’aller prendre un thé chez Ladurée et manger les mêmes macarons que la Reine, tout au moins celle du XXIe siècle qui écoute Air et ne recule pas devant une paire de converse de temps à autres. Mais par pitié, laissez vos hommes à la maison, cela vous évitera bien des râleries…


Macarons Ladurée